Conservation des graines de tomate

 

Quelles variétés conserver ? 

Toutes les variétés “anciennes et non hybrides” que vous souhaitez sauf les hybrides F1. Les graines des tomates hybrides F1 vous donneront des plants dégénératifs qui auront perdu les caractères de la plante-mère. D’où l’intérêt des “grands semenciers” à commercialiser des hybrides F1, vous contraignant ainsi à racheter chaque année des graines.

Conservation des grainesComment conserver ses graines ? 

Tout d’abord, s’assurer que les graines sont parfaitement sèches et exemptes d’humidité pour pouvoir se conserver. Une fois sèches, stocker les graines dans des sachets “plastique alimentaire”, avec fermeture hermétique type zip. Ensuite  pensez à bien identifier vos graines (nom de la variété et année de récolte). 


Où conserver ses graines ?

Pour une durée de conservation supérieure à 4 ou 5 ans, préférez le congélateur (plus la température est fraîche, plus les graines restent vivantes longtemps). Veillez à placer les sachets plastiques contenant vos différentes variétés de graines dans un récipient hermétique (boîte plastique alimentaire de congélation), pour les protéger au maximum de l'humidité.


Astuces: 

1) Glissez dans la ou les “boîtes congélations” des petits sachets de silice que l'on trouve souvent dans certains emballages... Ils absorberont l'humidité et permettront une meilleure conservation des graines.

2) En période des semis, vous prélevez dans votre congélateur quelques graines des variétés que vous souhaitez cultiver. Placer ces graines toute une nuit dans un petit récipient contenant de l’eau de pluie tiède. Le lendemain matin vous pourrez semer ces graines, dont l’enveloppe ou coque aura été ramolie, facilitant ainsi la germination.


Conservatoire mondial des semences:

C’est le coffre-fort construit sous une île norvégienne où l’humanité commence à conserver toutes les semences agricoles du monde. La chambre forte se veut une sentinelle qui défie le temps. Elle a été construite à 130 mètres au-dessus du niveau de la mer, pour éviter une éventuelle montée des eaux, à l’écart de la zone sismique arctique, sous une montagne. Après la première porte blindée, un tunnel bétonné long de 120 mètres s’enfonce dans le grès.  Au bout, deux épaisses portes d’acier. Derrière, une grande salle, trois nouvelles portes blindées. Elles protègent trois caves glacées, réfrigérées à -20°, où s’empilent des caisses noires…Elle abrite la vie même et ses secrets : des millions de semences ; des graines végétales. Des échantillons de maïs, blé, riz, haricot, sorgho, tomate, courgette, niébé, poix, et bien d’autres. Séchées pour éviter toute moisissure, enfermées dans de sacs hermétiques repliés trois fois, maintenus à température constante.coffre fort de lApocalypse

L’ambition est d’y préserver, si possible, des échantillons de toutes les variétés de plantes vivrières cultivées, et sauver leur diversité : 3 millions à ce jour – il existe 4000 variétés de pommes, des dizaines de milliers de maïs, de froment, de blé, etc, dans le monde. Il s’agit de sauver l’extraordinaire savoir génétique contenu dans ces plantes, qui ont su s’adapter à mille catastrophes, s’accrocher en des lieux hostiles, aidées par les hommes – ils ont appris à les cultiver de mille manières depuis des milliers d’années. Un patrimoine aujourd’hui menacé, que la biodiversité terrestre régresse partout.L’ambition est d’y préserver, si possible, des échantillons de toutes les variétés de plantes vivrières cultivées, et sauver leur diversité : 3 millions à ce jour – il existe 4000 variétés de pommes, des dizaines de milliers de maïs, de froment, de blé, etc, dans le monde. Il s’agit de sauver l’extraordinaire savoir génétique contenu dans ces plantes, qui ont su s’adapter à mille catastrophes, s’accrocher en des lieux hostiles, aidées par les hommes – ils ont appris à les cultiver de mille manières depuis des milliers d’années. Un patrimoine aujourd’hui menacé, que la biodiversité terrestre régresse partout.(extrait de: 2010 année de la Biodiversité : Le coffre-fort de l’Apocalypse ? de FRÉDÉRIC JOIGNOT)

Aseptisation des graines dans la Javel (hypochlorite de sodium = NaClO)

La Javel constitue un moyen facile, peu onéreux et efficace pour stériliser les graines, à condition de rester dans une concentration de 1% d'hypochlorite de sodium  et de ne pas dépasser 20 minutes de trempage.

Attention, si l’on dépasse ce temps de 20 minutes, le chlore porte atteinte à l’intégrité de l’enveloppe de la graine.

Rincer à l’eau froide plusieurs fois, égoutter les graines, et enfin sécher parfaitement les graines.

Cette technique est utilisée dans certaines universités, cependant elle ne serait pas autorisée en agriculture biologique.

Chez les semenciers professionnels, un test de germination est réalisé pour chaque lot de graines traitées.

Pourquoi l’eau de javel porte-t-elle ce nom ?

L'eau de Javel tire son nom du village de Javel où elle fut fabriquée pour la première fois. Ce village, qui était situé à l'ouest de Paris, est aujourd'hui un quartier du 15e arrondissement de Paris. Découverte par le chimiste français Claude Louis Berthollet (1748-1822) à la fin du 18e siècle, l'eau de Javel fut employée à l'origine pour blanchir le linge. Elle est aujourd'hui utilisée dans le monde entier comme désinfectant et décolorant (son nom est "bleach" en anglais).